BIENVENUE SUR
Le Blog des Chullis

Les Chullis, une bande de passionnés

Ep.1 : Nos Chullis participent à la course ELS 2900

Récit d'une course éprouvante

Publié par : Fanny - le 27 décembre 2017

UNIVERS: - Accueil, Chullanka Antibes, Chull'Aventures, Actualités Magasins

Benjamin, Chef de cordée cycle du magasin Chullanka Antibes et ambassadeur Trail Chullanka, vous raconte une course qu'il a fait en compagnie d'un autre Chulli, Levente (dit Levi) Second de cordée Accessoires multi-sports à Chullanka Antibes lui aussi. Cette course/trail c'est l'ELS 2900 en Andorre. 70 km, la traversée de 7 plus grands sommets de l'Andorre (au dessus de 2900 m d'altitude) et plus de 7000 m de dénivelé. C'était en Octobre 2017, Benjamin nous livre son expérience.

"Tout commence lorsque Levi partage une vidéo sur Facebook en me demandant si cette course peut m'intéresser. Un joli teaser met en avant un format de course atypique présenté par Jordi Saragossa. Pas de balisages, passage obligatoire des 7 sommets dépassant plus de 2900m d'altitude sur les terres andorranes, une équipe de 2, 24h pour rallier le refuge des Estanys de la Pera au refuge de Comapedrosa, 70 km avec environ 7000 de dénivelé positif... Le tout en orientation complète avec un départ à minuit sur des terres uniquement visualisée via Google Earth 3D. Bref, le projet auquel je n'ai pu que dire OUIIII !

J'apprends alors que la course va se dérouler 3 semaines plus tard et que l'organisation se réserve un droit de sélection, nous sommes donc dans l'attente d'acceptation de leur part. Malheureusement, la réponse est positive ! Comme dirait mon ami Levi qui est hongrois "c'est merde". Et oui, il faut encore faire la trace, apprendre un peu le terrain là-bas, organiser les congés pas prévu à cette période et surtout s'entraîner ... il reste 2 semaines !

Nous voilà donc inscrits :-)

Jeudi, départ avec une petite visite au Roc d'Azur au passage, histoire de s'inspirer de l'effervescence de la course et nous booster pour le week-end. Passées 8 bonnes heures de route, nous arrivons à Andorre, il fait 10 degrés de moins que chez nous mais ça a l'air bien sympa. par contre, nous nous demandons s'ils connaissent les terrains plats car les pentes sont raides et les replats courts. Sur ces premières impressions, nous nous couchons rapidement après un repas léger.

Le lendemain, nous nous réveillons vers 7h30 afin de prendre un petit déjeuner et assister au briefing de l'organisation générale de la course et là nous irons de surprise en surprise ! Pour accéder au départ de la course le vendredi matin, nous allons avoir un petit échauffement de 2h30 avec 1400 m de dénivelé positif afin d'accéder au refuge vers 14h et partager un bon repas là-bas. Note pour les prochaines fois : Le plat de pâtes n'est que l'entrée, il faut donc éviter d'en reprendre 2 ou 3 fois sous peine de ne pas pouvoir manger le reste ! Nous passons une superbe après-midi de partage avec la cinquantaine de personnes (coureurs et organisateurs). Nous tenterons même une petite sieste avant 18h30, heure du briefing de la course. Pour ma part, impossible de dormir si tôt, je me pose alors sous un arbre qui surplombe le très beau lac Estany Gran de la Pera.

 

18h30, le briefing commence. Un téléphone GPS Crosscall Trekker X-3 nous est remis afin d'avoir un tracker sur nous mais aussi en cas de problème pour appeler les secours. La course s'annonce bien, la météo sera claire mais fraîche.

Repas plus léger et là...dodo...il est 21h30 et le réveil est mis pour 23h. La nuit va être courte mais longue car nous sommes impatients. À 23h, nous étions debout avec nos affaires prêtes pour un départ vers minuit. Nous voilà à 30 minutes du départ et vous savez quoi ? On va se geler sévère avec petit vent et bonne fraîcheur de la montagne.

Minuit ! Départ ! Il fait froid et la nuit est encore bien noire. La course part dans tous les sens... pas de repères, pas de balisages... On va bien rigoler !

En peu de temps, on ne distingue plus que quelques frontales, nous sommes seuls au monde, courant dans un terrain complètement inconnu. La sensation est vraiment énorme. Nous devons rejoindre le premier sommet : Le pic de Tossa Plana culminant à 2905m d'altitude. On se régale, la course se déroule comme il faut et nous sommes dans notre timing. Par contre il fait froid malgré notre maillot X-Bionic, notre doudoune et une veste X-Bionic type membrane. À part la couverture de survie, nous n'avons pas grand chose de plus à mettre. Le ressenti doit avoisiner les -15°C.

Maintenant nous devons descendre et rejoindre le refuge de Lilla, nous y arriverons avec un peu d'avance sur notre timing prévisionnel. Pour le moment, à part le froid sur les crêtes, nous nageons en plein bonheur. Nous voilà parti pour une longue traversée qui va nous permettre de rejoindre le village d'Encamp. Nous suivons notre trace qui se différencie de celles des 2 ou 3 équipes qui nous entourent. C'est vraiment drôle de partir à l'inconnu sur une trace sans être sûrs que l'option soit la bonne. Peu importe, nous ne pouvons pas laisser le doute arriver et nous partons direction Encamp dans un vallon magique. Depuis Encamp, nous avons suivi ensuite Canillo, qui reste à peu près sur la même ligne de niveau. Sentier vraiment joueur, tout en relance et toujours seul avec Levente dans la nuit noire.

Nous arrivons à Canillo à 4h20 environ après 30 km. Il ne reste plus que 6 sommets. Pas une minute à perdre, le Pic d'Etanyo nous attend. Une belle montée bien raide nous permet de rejoindre un plateau d'alpage très joli. Ensuite nous avions deux options : La première était très sage et consistait à suivre un sentier qui permet de rejoindre une belle ligne de crête menant directement au sommet. La deuxième, moins sage (comme nous !), fut celle que nous avons choisi. Option courte qui consiste à diminuer la distance par 2, droit dans le pentu herbeux sur 1100m de D+. C'est là que nous ferons la plus grosse erreur de la course. Nous gagnerons un peu de temps mais perdons tellement d'énergie que nous allions payer un peu plus tard.

Nous voilà arrivés au Pic d'Estanyo, la température est glaciale et le rythme a bien ralenti. Nous passons le sommet et basculons dans un pierrier. Le moment est magique car nous assistons à un levé de soleil sublime. Un pur moment de bonheur où le temps se fige et l'étendue infinie s'offre à nous. L'Andorre, c'est BEAU !

Plus aucun doute là-dessus, les paysages, la difficulté du terrain font de ce petit bout de montagne un paradis pour les amoureux du trail. Par contre le soleil commence à nous réchauffer et nous permet aussi de voir le reste de notre course. Nous ne sommes pas arrivés... ça c'est sûr !! Les premières impressions sur la suite sont : "Bordel...c'est loin, c'est haut et il y en a beaucoup encore". Nous prenons la direction du Pic de la Serrera. Pour y accéder, nous traversons une belle petit crête avec un single magique. Je dirais que c'est à partir de là que Levente a commencé à montrer des signes de fatigue, mais tout va bien nous allions nous refaire (enfin j'espérais). Nous voilà partis dans la descente et là une sensation bizarre commence à arriver... une diarrhée aigue arrive et me contraint à tout stopper le temps d'une pause technique. Je repars et nous allons passer un peu de temps à marcher car ni Levente, ni moi ne pouvons accélérer. Je pense que le froid intense de la nuit aura eu raison de mon estomac. Le moral reste quand même là et nous restons dans notre prévisionnel.

Nous voilà maintenant à l'entrée du refuge de Sorteny. Une pause de 45 min s'impose et Levy n'est pas dans sa meilleure forme non plus. Je passe bien 10 minutes aux toilettes, je mange tout ce que je peux et surtout je bois des litres de soupe et d'eau. Au bout de 45 minutes, nous revoilà partis plein de motivation et le ventre plein. Nous avons parcourus un marathon (42 km et il est 10h !). Nous arrivons encore à courir. Un kilomètre après le refuge, je ramasse une petite boîte de Compeed qu'un coureur a dû perdre, mon réflexe est de le ramasser pour ne pas que ça traîne et je me dis que les Compeed peuvent servir (Garder cette remarque en tête pour la fin de notre aventure) donc je les garde avec moi...."

La suite des aventures de nos Chullis la semaine prochaine !

Pourquoi acheter chez nous

  • Des passionnés
    à votre service

  • Satisfait
    ou remboursé

  • Livraison
    en 24H

  • Paiement sécurisé

La
fidèlité
rapporte

500 points=
12€