BIENVENUE SUR
Le Blog des Chullis

Les Chullis, une bande de passionnés

Gamchi, le canyon légendaire

Récit d'un passionné de canyoning, Johan Viegas

Publié par : Fanny - le 28 novembre 2016

UNIVERS: - Accueil, Récits d'aventures, Actualités Magasins

"Un monument", "un monstre atypique", "un joyau"... les surnoms ne manquent pas quand on entend parler du Gamchi, un canyon reconnu comme le plus dur d'Europe, situé dans l'Oberland Bernois. Il prend source sous un glacier monumental et rentre dans un énorme encaissement où aucune lumière ne filtre. Le tout sous un bruit d'enfer à cause du gros débit.

Chaque passionné de canyoning vous en parlera avec des étoiles dans les yeux. La beauté de cette descente, Johan Viegas nous en parle. Ce passionné grand pratiquant de canyoning et client du magasin Chullanka Antibes, revient sur cette folle expédition dans les canyons de l'Oberland. Merci à lui pour ce partage d'expérience et de jolis souvenirs !

"Jeudi 28 octobre 2016, 9h30

Je reçois un SMS d'une amie : "Les canyons de l'Oberland sont en super conditions, super temps annoncé pour les 5 prochains jours, je pars demain à 14h, si tu veux je suis seule dans la voiture". Ni une, ni deux, je vais dans le bureau de mon responsable, pose des RTT pour le vendredi et le mercredi et c'est parti pour un long week-end canyon hivernal dans l'Oberland Bernois en Suisse.

C'est dans l'Oberland que les premiers canyons glaciaires "mythiques" ont été ouverts (cela remonte seulement à une dizaine d'année au maximum !). La situation de ces canyons (sous les glaciers) font que les conditions sont très difficiles à avoir : Trop de pluie, cela ne passe pas / Un isotherme à 0°C trop bas, cela ne passe pas / Trop tard dans la saison, ils sont recouverts de neige et ne passent plus... Bref ! Pas toujours évident de trouver les conditions pour pouvoir les parcourir, alors quand on les a, il faut sauter dessus ! Et prendre sa voiture pour environ 7h de route depuis Antibes.

Samedi 30 octobre

On part pour Trummelbach II et III. La partie III présente la particularité qu'il faut sortir en remontant sur corde (environ 150 m) et, qu'avant d'entrer dans le canyon, il faut impérativement aller installer ses cordes. Pour accéder au canyon, avant d'entreprendre la marche d'approche, il faut prendre le train (comme pas mal de canyons de l'Oberland). Le soucis à cette période réside dans le fait que le premier train est à 7h30 et le dernier à 17h30 ! Pas le droit à l'erreur sinon il faut redescendre à pieds (ce qu'une équipe derrière nous fera et ce qui leur aura pris plus de 3h de retour ! ). D'après les dires, cette enchaînement partie II + pose des cordes pour la partie III + descente de la partie III, n'a jamais été réalisé à la journée par une équipe sans manquer le train ! Tant pis on tente, d'après nos calculs cela devrait le faire. La marche d'approche commence sous l'Eiger et le Jungfrauch, sublime, les glaciers surplombent les canyons.

trummelbach-ii-et-iii-1La partie II qui devait être sèche coule finalement avec un filet d'eau, partie ouverte avec des rappels qui s’enchaînent à la suite des uns les autres. Pas un must mais top pour en faire une belle longue journée.

trummelbach-ii-et-iii-2 trummelbach-ii-et-iii-3

La partie III est considérée comme l'un des top 5 de l'Oberland. En effet, c'est sublime.

trummelbach-ii-et-iii-4

Des étroitures d'une profondeur intense, le jour par endroit ne passe quasiment plus. Que dire quand on arrive aux affluents avec les entrées de lumières ? Magique ! Au final, on attrapera le train avec 15 minutes d'avance sur l'heure! C'était juste mais on l'a fait après 9h de course.

Dimanche 31 octobre

Aujourd'hui c'est Sandbach : Petit filet d'eau au programme mais un encaissement impressionnant !

sandbach-1

Situé sous la face Nord de l'Eiger, le paysage est fabuleux et là encore, on commence par prendre le train pour accéder au départ de la marche. Ce canyon typique Suisse glacière, ne présente pas un encaissement profond (par endroit on peut voir le chemin passer à 3 m au dessus de nous) mais des étroitures monumentales (obligation d'enlever le sac comme en spéléo), de nombreuses arches naturelles et des sculptures exceptionnelles. Une excellente journée repos pour récupérer de la veille.

sandbach-3 sandbach-4 sandbach-6 sandbach-7

Lundi 1er novembre

Cela a été la grosse discussion de la veille au soir. Gamchi passe ou passe pas ? Personne ne sait, l'iso 0 est trop haut et ça ne devrait pas le faire. Néanmoins, on a eu l'info qu'une équipe Slovène serait passée dedans la veille, alors on tente on va voir. Si c'est un but, c'est journée rando car l'approche est donnée pour 2h mais en fonction des conditions ça peut vite augmenter (si présence de neige et/ou glace). Au final, ça passe gros mais c'est bon. On y va. Au fait Gamchi c'est quoi ? Gamchi est considéré par ceux qui ont eu la chance de le parcourir comme LE monstre Européen. Une faille monumentale de 250 m de haut dans laquelle on se fait happer et au fond de la laquelle le jour ne passe plus tellement c'est étroit et profond. Frontales obligatoires.

gamchi-1 gamchi-2

A l'intérieur du canyon, je l'ai vécu différemment en 4 étapes :

  1. Je ne me suis jamais autant senti écrasé par la montagne quand on arrive face à cette faille
  2. La C60, celle qui nous fait plonger dans le noir le plus profond et à partir de laquelle plus aucun secours n'est possible jusqu'à la sortie. En bas de cette cascade on ne s'entend plus parler à 50 cm les uns des autres tellement ça souffle les embruns.
  3. La C30, on l'avait prévu, c'est dans l'actif, ça tape et arrivés en bas, on ne sait plus où aller ! Je confirme, ma frontale se fait arracher dans la descente et je ne vois plus mes 10 derniers mètres étant donné que je suis le 1er à me lancer, pas de lumière d'un compagnon en bas. La sortie est où ? Je tourne et la trouve après quelques secondes, elle est derrière le jet de la cascade, c'est indescriptible ce plaisir intense que l'on peut ressentir dans ces moments.
  4. Le puits de lumière d'où s'écoule une cascade de plus de 100 m faisant une incroyable queue de cheval. Puis on marche dans des étroitures jusqu'à la sortie. Le sentiment d'avoir vraiment fait quelque chose, d'avoir certainement coché mon plus beau canyon sur quasiment 400 différents parcourus. Je reviendrai c'est sûr! Déjà je l'ai promis aux amis mais je dois y retourner tellement c'est magique ! Un rêve de réalisé.

gamchi-3 gamchi-4 gamchi-5 gamchi-6

Mardi 2 novembre

On doit rentrer sur Antibes, on choisit un canyon court, histoire de ne pas rentrer trop tard. Ce sera Rosenlaui. Bien que trop court (à mon goût), il reste un must du secteur. Il a la particularité d'avoir des passerelles pour les touristes (fermées à cette période). L'encaissement ici est aussi impressionnant, avec encore une partie courte où l'obscurité est dominante.

rosenlaui-inferieur-1 rosenlaui-inferieur-2

Il se termine par une très belle C30. On reviendra plus tôt dans la saison pour aller faire son amont en eau (sec à cette période).

rosenlaui-inferieur-3

Au final, 4 jours de rêve pour le passionné de canyon que je suis. Canyons à ne surtout pas sous-estimés du fait des débits parfois importants mais surtout des conditions très compliquées (froid intense avec des eaux à 1-2°C, accès en montagne sous les glaciers, encaissements tellement importants que les hélitreuillages ne sont pas envisageables)."

Cela fait rêver non ? Vous aussi partagez vos expéditions avec la communauté Chullanka. N'hésitez pas à nous envoyer textes et photos à cette adresse : communication@chullanka.com

Besoin de baudrier, cordes, harnais... pour pratiquer le canyoning ? Retrouvez tout ce qu'il vous faut sur www.chullanka.com

Pourquoi acheter chez nous

  • Des passionnés
    à votre service

  • Satisfait
    ou remboursé

  • Livraison
    en 24H

  • Paiement sécurisé

La
fidèlité
rapporte

500 points=
12€